Dans une société surinformée devenue trop bavarde, où tout est prétexte à l’analyse, à l’introspection médiatique, aux injonctions exacerbées, une overdose de bruits et de verbiage serait en train de s’emparer des masses citoyennes. Un ras le bol des mots, de la parole galvaudée, d’une forme de tonitruance ambiante. Une tendance sociétale de fond, qu’on ne peut ignorer, oscillant entre diète sonore salutaire et retour aux vertus simples du silence. En voici quelques signes symptomatiques…

The Artist, une épopée envoutante et ... silencieuse.

– Au cinéma, The Artist, film muet sacrément gonflé, remporte tous les suffrages, embarquant petits et grands dans une épopée silencieuse totalement jouissive.

– En ville, chaque jour, les bikistas gagnent du terrain. Elles sont de plus en plus nombreuses celles qui choisissent le plus silencieux des moyens de locomotion pour arpenter les rues, érigeant le vélo en nouvelle philosophie de vie.

– Chez Rosa Bonheur, le bar hype situé en plein cœur des Buttes Chaumont, les Silent Party font un carton. On y danse une fois par mois sur les sets endiablés des DJ résidents ou invités mais à une nuance près: chaque participant porte un casque, pour un environnement sonore totalement apaisé et un niveau de décibels proche de 0.

– Le cinéaste plasticien David Lynch signe à Paris le décor envoutant du tout nouveau bar hypissime Le Silencio, nouveau spot culturel nocturne où vibrent silencieusement les valeurs de partage, d’écoute et de respect, loin des classiques dance-floor survoltés.

Alors, le silence, nouvelle valeur hype ? Absolument! Mais chut!, ne le répétez à personne…