Drôle de campagne, vraiment drôle ! En parodiant ostensiblement les publicités de la petite griffe qui monte, The Kooples, la célèbre marque de chaussures bon marché Eram nous fait rire, tout simplement. Car elle s’attaque, en les parodiant frontalement, au mythe marketing du couple branché (et fortement improbable) érigé en modèle par les chevelus frères Elicha, fondateurs de The Kooples.

La dernière campagne Eram moque la marque The Kooples

Plusieurs saisons déjà que la marque à succès nous assomme littéralement avec ses modèles de baby couples coquets et fluets, arborant mines tristes, poses apprêtées et déguisements urbains de circonstance : slim ultra slim, chemises cintrées à carreaux et borsalino pour lui, robettes courtes et perfecto clouté pour elle.

La marque de souliers accessibles est, quant à elle, une habituée des pubs à l’ironie mordante. On se souvient de la campagne culte des années 80, qui voyait des prostituées sortant du bois  et ultra fières de leurs talons hauts perchés, s’esclaffer qu’il « faudrait être folles pour dépenser plus! ». Avec son nouvel opus, et en s’attaquant sans équivoque à un label fashion en vue, Eram nous montre qu’elle n’a rien perdu de son insolence.

Par ailleurs, cette campagne coïncide avec une vraie lassitude d’une certaine sphère hype à l’aura surfaite, en passe de devenir carrément has been. Aujourd’hui, les djettes en vue cachetonnent pour animer les ouvertures de boutiques, les couples clones (Sean Lennon et Charlotte Kemp Muhl) servent de faire valoir aux marques de mode, les « muses » (Alexa Chung, Lindsay Lohan, Alice Dellal) n’apparaissent en soirée que pour montrer leurs jolis vêtements et les mignons duos de The Kooples semblent totalement à côté de la plaque. Les branchés, leurs mines désabusées, leur grande vacuité et leur fausse modestie affichée, lassent et ne correspondent plus à l’air du temps.

A leur où l’éclat de rire, la gaité, la fraicheur et la bonne humeur sont des valeurs en hausse, Eram a résolument gagné son match contre la petite marque aux mini-mannequins.