A Coco Montaigne, nous aimons follement, même éperdument les talons hauts. Plus qu’un simple accessoire, c’est une philosophie, nous  vouons un véritable culte au soulier cambré.

Mais depuis quelques temps déjà, les chausseurs ont pris des libertés inconsidérées. En effet, il devient très compliqué de trouver chaussure à son pied. La hauteur des talons ne cesse d’augmenter, et le chaussant de son côté semble de plus en  plus étroit.

Le règne de l’esthétique nous oblige-t-il définitivement à passé du côté de l’inconfort ?

Christian Louboutin

 

Qui n’a pas rêvé à une paire de Louboutin, de Charlotte Olympia ou encore de Miu Miu et s’est vu faire demi-tour à la vue du talon vertigineux qu’elle devrait subir la journée durant.

Mais il ne s’agit pas seulement d’une lubie de créateurs aux prix extravagants, non, l’effet se propage jusqu’aux marques de mass market. C’est le cas de Zara par exemple qui propose de jolis escarpins dont les hauteurs s’échelonnent entre 12,5 et 14,5 cm.

Le talon entre deux, avoisinant les 10 cm, semble bel et bien avoir disparu des considérations fashion. Un parti pris qui écarte tout de même les filles grandes et les non adeptes de l’hyper talon (qui sont nombreuses).

De plus, ces talons extravagants ne flattent ni l’allure ni la démarche. En effet ils projettent le corps en avant, laissant observer une silhouette incertaine comme marchant sur des œufs pour essayer à tout prix d’avoir du style.

Alors avis aux chausseurs, ce gimmick de stars ne correspond pas aux filles de la vraie vie.