Que vient faire sur un site de mode, un post sur la convention américaine démocrate? Et bien ce 5 septembre dernier, Barack Obama avait choisi ses guests avec soin. En effet, Scarlett Johansson et Eva Longoria vinrent tour à tour partager la tribune du président américain. Pourquoi était-ce important? Parce que le choix même de ces deux personnalités et les tenues qu’elles arboraient respectivement ce soir là étaient à ce point réfléchis et mis en scène que l’on se mit à s’interroger sur l’importance du costume et de sa symbolique éminemment politique.

Scarlett Johansson et Eva Longoria à la convention démocrate américaine

Pour ringardiser son adversaire Mitt Romney dont les soutiens people évoquent un temps que les moins de 80 ans ne peuvent pas connaitre (un Clint Eastwood fachisant et un Chuck Norris en mode prédicateur apocalyptique), le charismatique président invita sur scène la pétillante Scarlett Johansson et la truculente Eva Longoria, deux têtes bien faites et pourtant fort différentes. Respectivement adulées par des générations d’américaines, la présence des deux belles comédiennes s’avéra un choix des plus judicieux. Et leurs tenues délivra ce soir là un message au moins aussi fort que leurs paroles attendues.

Au top du glamour et toujours flamboyante, Eva Longoria irradiait en fourreau bleu roi, talons hauts, bronzage impec et brushing des grands jours. D’un coup d’un seul, elle était toutes les desperates housewifes de la middle class américaine, elle était la revanche de toutes les femmes d’origines modestes, de toutes les minorités (et celle de la communauté hispanique en particulier), elle était l’intégration réussie, le rêve américain…

Scarlett Johansson apparut elle dans une tenue radicalement différente.  Son pantalon bordeaux ultra trendy, son blazer gris perle parfaitement coupé et ses cheveux relevés séduisirent à coup sur une élite intello-branchée, tandis que son t-shirt patriote à l’effigie du drapeau américain murmurait suavement  « hello » à l’oreille prescriptrice des adolescents de tout le pays.

Enfin, la présence de deux femmes, successfull et lumineuses de surcroit, en place de deux mâles octogénaires chez Romney, signait définitivement la victoire  (au moins pour un soir) des conseillers en communication de Barack Obama.