Saison après saison, à l’approche du printemps, la mode remet inlassablement à l’honneur fleurettes, dentelles et autres pastels, supposés insuffler aux silhouettes de sortie d’hiver un petit vent de fraicheur et de gaité. Oui mais voilà, de Laura Ingalls aux héroïnes de David Hamilton, les imprimés primesautiers riment souvent avec mièvrerie, manque de caractère et néo romantisme premier degré.

Après des années de diktats Liberty, c’est donc en toute insolence que la fashion sphère semble avoir décidé de s’affranchir des discrets semis fleuris pour s’afficher en mix and match audacieux. Ces jours derniers, jacinthes, marguerites, pivoines et autres myosotis XL ont pris d’assaut les silhouettes graciles des modeuses croisées sur les fashion week.

Version 2012, les fleurs se portent en all over, se superposent en camaïeux totalement dépareillés, faisant même équipe avec de l’imprimé zébré. Elles s’acoquinent avec des cuirs urbains qui révèlent tout leur caractère. Enfin, elles se déclinent à l’infini sur des coupes justes et fittées, délaissant les volumes baba et néo champêtres.

Mary Katrantzou pour Topshop & silhouette Zara

Dès lors, on s’inspirera sans modération des silhouettes des collections Zara ou Mary Katrantzou pour Topshop, en notant au passage que, pour faire mouche, ces imprimés forts devront s’affranchir de tout maquillage ou accessoire girly. Sur l’asphalte des villes, les fleurs n’ont pas dit leur dernier mot.

Crédit photo Garance Doré et Punky b.