Chacun d’entre nous a, au moins une fois, vécu l’étrange expérience de se retrouver dans un magasin H&M ou Zara à l’autre bout du monde et d’y trouver le petit top vu quelques jours plus tôt dans les rayons d’un même magasin situé juste au coin de sa rue, à des milliers de km de distance. Dire que la mode n’en finit pas de s’uniformiser et de se mondialiser est un euphémisme que ne démentira pas la presse féminine internationale, plébiscitant depuis toujours une silhouette de femme unique, stéréotypée, parfaite ambassadrice de marques mondiales.

Mais une crise, mondiale elle aussi (économique, financière, énergétique, écologique, sociale), a quelque peu redistribué les cartes, faisant émerger un appétit nouveau pour le sens, le rare, l’objet unique. Partout dans le monde, des créateurs réenchantent notre quotidien à partir de moyens souvent dérisoires, mais animés par une infinie créativité et une envie d’innover, d’œuvrer pour une mode différente et inspirée.

Les créations d'Ami Goodheart et d'Olympia Le-Tan

Avec ses objets faits mains et ses accessoires en tricots totalement régressifs fabriqués dans son atelier de l’Est Londonien, la designer Donna Wilson est présente dans tous les spots mode des capitales mondiales et remporte un succès fou au Japon. Une autre approche, ultra radicale cette fois-ci, pour la styliste Ami Goodheart dont on dévore les robes artichaut, corsets en pain brioché et autre jupes en viande crue, créations artistiques controversées, hautement comestibles et parfaitement dégradables, véritables pieds de nez à une certaine « mode jetable ». Singuliers et poétiques,  on s’incline devant les boites bijoux, sacs et minaudières d’Olympia Le-Tan, pièces uniques et oniriques que s’arrachent désormais les peoples, créations néanmoins lunaires dans un paysage où les it-bags sont désormais produits en série.

Et dans une époque ultra connectée, ces initiatives individuelles, nées le plus souvent d’un intime besoin d’expression, font le tour de la planète en un clic, créant le buzz et suscitant, à leur tour, l’intérêt des grands de la mode.