La mode féminine n’offre-t-elle pas un panel de propositions assez large pour qu’encore une fois nous allions emprunter à l’homme ses accessoires ?
Après avoir piqué au vestiaire masculin : le costume, les derbies, le borsalino et la cravate voilà que nous nous approprions l’emblématique nœud papillon.
Lors de la dernière fashion week milanaise, il a fait fureur, ainsi, rédactrices, journalistes, bloggeuses ultra pointues et acheteuses internationales se sont faites photographier avec nœud pap’ pour dernier collier.

Sa fonction masculine d’absolue élégance reste inchangée sur la femme. Cependant, lorsqu’il est adopté par ces demoiselles, il confère à l’allure un je-ne-sais-quoi fantaisiste bien moins sérieux que pour ces messieurs. Assurément dû à une interprétation funky de l’accessoire, il est donc bon de favoriser l’originalité au classique nœud pap’ en satin noir. Pour un effet réussi, nous le choisirons soit très opulent dans une matière lourde (type crêpe de soie) soit imprimé (à pois, comme Diane Kruger ci-contre), soit de couleurs très féminines (rose pâle par exemple).
Ce sont les looks tomboy qui supportent le mieux l’attribut, rien de plus cohérent finalement. Ainsi, les tailleurs pantalons ou les ensembles dépareillés veste-pantalon sont les meilleures options pour succomber à la tendance. Côté top, un choix s’impose et c’est évidemment la chemise blanche qui remporte les faveurs des adeptes du masculin-féminin
Cette ode à l’androgynie modesque vient nous rappeler avec humour que si l’égalité des sexes n’est pas totalement acquise dans le milieu professionnel, la supériorité du vestiaire nous appartient !