Chaque début de saison entraine invariablement chez les femmes une irrépressible envie de changer de sac. Taille, matière, forme, couleur, marque, prix, autant de critères qui entrent en compte et dont le choix, selon le sociologue Jean-Claude Kaufmann, trahirait notre identité profonde. Le sac, cet accessoire pas du tout accessoire donc,  agirait comme une véritable extension de notre moi profond !

Photographie de l'exposition "Elles vident leur sac" de Pierre Klein

Dans Le sac (Editons Lattès), l’auteur pose une affirmation simple : Dis-moi quel sac tu aimes, je te dirai qui tu es. Elégants ou pratiques, « it bags » ou classiques, uniques ou nombreux, précieux ou jetables, nos sacs nous trahissent et  livrent tous leurs secrets dans cet ouvrage pas du tout futile. On y apprend par exemple que le poids du sac révèle le degré de responsabilité de sa propriétaire, celui-ci étant considérablement plus élevé entre 30 et 40 ans, âge où les femmes construisent de front vie professionnelle et vie de famille, et s’allégant invariablement passé la cinquantaine.

Et si les mystères du sac vous passionnent, on complète cette savante étude par un tour de l’exposition « Elles vident leur sac » du photographe Pierre Klein qui présente les images de contenus de sacs à mains de femmes, ces dernières les commentant devant une caméra. Sac, quand tu nous tiens !…

Le sac, de Jean-Claude Kaufmann, Lattès, 252 p., 17,50€

Exposition « Elles vident leur sac » de Pierre Klein, jusqu’au 31 mars 2011 au Salon du Panthéon – 13, rue Victor Cousin, Paris 5ème.