A l’heure où le modèle imposé par les groupes de luxe vacille, celui des directeurs artistiques tous puissants portant inexorablement sur leurs épaules « créatives » des pressions économiques énormes, l’exposition que le Musée des Arts Décoratifs consacre à la mode des années 90 nous replonge au cœur d’une décennie palpitante. Après des années de créations débridées, l’heure de la professionnalisation du secteur sonne et les stylistes stars prennent les commandes des grandes maisons de couture qui deviennent d’ailleurs de véritables monopoles. C’est le phénomène Tom Ford chez Gucci, le développement tentaculaire de l’empire Dolce & Gabbana, la définition du nouveau luxe selon Prada.

 

Mais c’est aussi l’avènement des « écoles », belges ou anglaises, minimalistes ou urbaines,  où l’attention des créateurs ne se porte plus le corps lui-même mais sur son identité propre.  Les années 1990 sont des années de maturité pour le secteur de la mode, celles aussi d’une certaine radicalité. Au travers de 150 modèles exposés et de très nombreuses vidéos de défilés, l’exposition nous transporte au cœur des plus grandes maisons, mais fait aussi  la part belle à une couture indépendante en rendant hommage à des créateurs moins en vue, autonomes et délicats : E2, Sybilla, Adeline André. Un passionnant voyage…

Les Arts Décoratifs – 107 rue de Rivoli, Paris 1er.

Les Années 1990 & 2000, jusqu’au 8 mai 2011