Un récent séjour dans la Cité des Doges (où je n’étais jamais allée), les mille et une émotions inattendues qu’a provoqué chez moi cette ville sublime, m’ont donné envie de partager quelques adresses justes parfaites pour appréhender Venise de la plus belle manière qui soit.

Le Gritti Palace: Un hôtel mythique niché dans un ancien palais dont les hautes fenêtres offrent une vue imprenable sur l’horizon vénitien. Le grand canal, le balais silencieux des gondoles, leur clapotis divin, un cadre grandiose et un personnel adorable pour ce palace de rêve qu’on ne veut plus quitter. Prendre un verre, à la tombée du jour, sur la terrasse en teck suspendue entre ciel et eau, demeure un moment de plénitude inoubliable.

La terrasse du Gritti, Venise.

 

Harry’s Bar: Il faut s’échiner un peu pour débusquer ce restaurant historique de la ville où Hemingway possédait une table attitrée. Mais le chemin vaut le détour tant le lieu est resté dans son jus. Au bar, une clientèle bruyante savoure un bellini à l’heure de l’apéro, des hommes d’affaires tirés à quatre épingles dégustent sur le pouce un carpaccio en solo, tandis que de vieux couples vénitiens s’attablent élégamment pour un repas entre amis. Ici, pas ou peu de touristes. Une carte exquise (pâtes raffinées, fruits de mer divinement préparés) finit d’enchanter ce moment hors du temps.

Da Ivo: Pas de chichis ou d’assiettes bling bling pour ce restaurant traditionnel vénitien. Juste une cuisine italienne comme on l’aime, fraiche et chaleureuse (pâtes aux fruits de mer, risotto à l’encre de seiche, très beaux poissons) autour d’une carte mixant spécialités toscanes et de la Vénétie. Et si le patron vous trouve sympathique, peut-être vous fera-t-il visiter sa cave à viande située à l’arrière du restaurant et vous servira-t-il un godet de Limoncello pour bien finir la soirée.

da ivo

Les taxis boats: A Venise, point de voitures, de scooters, de bus ou de taxis. La cité est entièrement piétonne. Notez qu’à l’exception de certains grands axes, les centaines de ruelles et de placettes qui maillent la ville sont infiniment calmes, silencieuses et quasi désertes. Mais à Venise, il ne faut pas faire l’impasse sur les taxis boats qui sillonnent le canal et qu’il vous suffira d’appeler d’à peu près n’importe où. Ces canots Riva en bois d’Acajou et aux lignes années 50 font partie intégrante du paysage vénitien. Arriver par la mer depuis l’aéroport et se faire déposer sur l’embarcadère de son hôtel, se rendre en bateau à la Fondation Peggy Guggenheim, au Palazzo Grazzi ou au Musée de La Pointe de la Douane, en glissant le long de mille palais aux perrons engloutis par les eaux, autant de moments qui font de Venise ce qu’elle est: une ville magique, semblable à aucune.

A bientôt, à Venise ou ailleurs!