L’été 2012 se distingue par plus de douceur que les saisons passées.  Délicatesse, pudeur, élégance se rallient et dessinent une silhouette joliment maîtrisée. Ne soustrayant pour autant aucune fantaisie, la femme 2012 fait un long voyage entre terres africaines et monde aquatique, entre années 20 et années 50, entre pastels bonbonnière et blancheur monacale. Robes et jupes réintègrent nos vestiaires, délaissant les pantalons pour d’autres humeurs. Point de boyfriend, de boyish style ou autres pièces empruntées aux dressings de ces messieurs. La femme 2012 reprend sa place !

 

Passage en revue des tendances clés à retenir :

 

Splash

Les atours de la sirène refont surface : impressions marines,  pigments outremer, volants flottants et drapés vagues sont autant de rêveries des fonds marins que la saison 2012 nous propose. Les matériaux rejoignent eux aussi le balai aquatique : broderies d’écaille et  peaux irisées. La maison Chanel s’amuse même à penser des talons en branche de corail et des pochettes coquillages.  Résisterons-nous au chant des sirènes ?

Défilé Givenchy P-E 2012

 

Out of Africa

Culture mode : quand tradition et modernité s’allient, cela donne des bologans colorés, des kentés précieux, des teintes africaines et autres effets traditionnels sur des lignes définitivement européennes. Un audacieux mélange qui réussi à convaincre, notamment chez Burberry Prorsum qui dessine un classique trench dans un imprimé fait de bleu, ocre et marron.

Défilé Burberry Prorsum P-E 2012

Façon sorbet

Un été de plus placé sous le règne du pastel… Vert d’eau, rose tendre, champagne, azurin, autant de couleurs hypocoristiques que l’on travaillera en color block pour éviter les silhouettes de jeunes filles en fleur. Nous laisserons aux modèles des  papiers glacés le monochrome barbapapa travaillé notamment chez Givenchy. L’opération mode à retenir pour arborer le pastel smart = 2 couleurs pastels + 1 couleur forte.

Défilé 3.1 Philip Lim P-E 2012

Années folles

Chaque saison les créateurs se souviennent, pour ce printemps-été 2012, ce sont les années 20 qui enrichissent les collections. Tous les codes des toilettes de la femme d’après guerre sont là : robes Charleston, taille basse, froufrou jusqu’au genou, sequins et inspirations art déco en guise de ligne vestimentaire. Gucci s’approprie l’époque avec brio avec une robe noire et dorée qui, pour sûr, fera le tour des glossy.

Défilé Gucci P-E 2012

Bikerland

Le perfecto a conquis la planète, saison après saison on le retrouve, parfois dans sa version authentique, parfois grimé. Cet été, la pièce fétiche des motards se voit prescrire un traitement des plus raffinés. Il se décline sur tous les tons, fleur de soufre chez  Vuitton, lait chez Dries van Noten ou encore tye & dye chez Isabel Marant. Voilà certainement la pièce maîtresse du dressing printemps-été 2012.

Défilé Louis Vuitton P-E 2012

Impressions d’été

Imprimés tropicaux chez Proenza Schouler, fleurs désuètes chez Miu Miu, foulards chez Pucci, patchworks bigarrés chez Balenciaga, folkloriques chez Yves saint Laurent ;  il n’est pas une maison qui ne s’essaye au jeu du foisonnement. Les imprimés marquent le pas d’une nouvelle féminité qui oscille entre humour et voyage.

Défilé Emilio Pucci P-E 2012

 

Demi-mesure

Voilà une autre pièce clé de la saison. La jupe plissée qui couvre le genou et qui, bien souvent se prolonge jusque mi-mollet pour plus de pudeur. Vue chez Prada, Hermès, Céline ou encore Chloé. Elle esquisse une allure plutôt moderne, entre fifties rajeunies et écolières débridées, contrairement aux idées reçues.

Défilé Prada P-E 2012

Blanc de blanc

L’immaculé se fait une place au soleil ; entre monochrome lunaire travaillé en bohémienne chic chez Hermès, neige pensée pour les tropiques avec la brassière chez Nina Ricci et la chemise banquière boutonnée jusqu’au cou chez Céline ou encore Marc Jacobs, c’est sûr le blanc gagnera le cœur des amatrices de mode, encore une fois.

Défiilé Hermès P-E 2012