stan smith

La mode est parfois cruelle. Il aura suffi qu’elle remette au gout du jour les tennis de ma jeunesse pour que l’envie de m’en racheter une nouvelle paire me pose un vrai dilemme.

Depuis ma période sac US, j’ai probablement usé une bonne dizaine de paires de Stan Smith. A l’instar de mon jean idéal ou de mon fond de teint seconde peau, pourquoi chercher ailleurs le modèle qui me semblait en tous points parfait ? Oui mais voilà : depuis quelques semaines, la fièvre Stan Smith a embrasé l’esprit des trentenaires urbaines et nombreuses sont celles qui ne jurent plus que part l’intemporelle simplicité de la basket blanche et verte. Ma dernière paire en date montrant de sérieux signes de fatigue, devais-je dès lors renoncer à la désirable madeleine de mes années lycée, simplement pour ne pas « faire comme tout le monde » ?

En les regardant à mes pieds ce matin, éclatantes sur l’asphalte parisien, je me dis que la mode passera avant que mes Stan Smith ne trépassent !